Résistance au Maquis de Beassac et Célestin Freinet

Emmanuel Saint Fuscien (Docteur en histoire contemporaine et maître de conférences à l'EHESS) consacre un livre intéressant à Célestin Freinet, sous le titre « Un pédagogue en guerre ». Freinet, dont les thèses, en quelques mots, consistent à mettre l’élève au centre des apprentissages, vécut à Vallouise quelques années à la fin de la deuxième guerre mondiale. Son épouse Elise Lagier Bruno était originaire de la belle vallée haut alpine. Militant communiste dans les Alpes Maritimes, il participa aux deux guerres mondiales du 20 ème siècle.

Freinet le pédagogue

Célestin Freinet, grand et illustre pédagogue, reste encore aujourd’hui une référence dans l’histoire de la pédagogie et inspire même, d’une certaine manière, le marketing digital. Philippe Mérieu, pédagogue plus nuancé que certains voudraient le faire croire, loin d’un « pédagogisme » compulsif, vous propose un article passionnant concernant Freinet dont voici un court extrait « On sait que sa dénonciation de la scolastique (un terme qu’il employait pour caractériser des savoirs dépourvus de sens pour l’enfant à qui ils sont proposés) l’a amené à inventer des «techniques» comme l’imprimerie, la correspondance scolaire ou les enquêtes. Il s’agissait, pour lui, de replacer l’enfant dans une perspective active au sein de laquelle il pouvait redécouvrir des connaissances scolaires pour autant, et pour autant seulement, que celles-ci devenaient nécessaires à la réalisation de son projet. » Nous vous conseillons de lire l’intégralité du texte, disponible ici https://www.meirieu.com/ARTICLES/freinetetlesscienceseduc.pdf

« Célestin Freinet un pédagogue en guerres 1914-1945 » de Emmanuel Saint Fuscien chez Perrin éditeur

Livre Saint Fuscien FreinetUn livre passionnant qui nous décrit, comme son titre l’indique, les deux guerres auxquelles le pédagogue pris part. Nous nous sommes particulièrement intéressés, pour ce petit compte rendu, à la période de la seconde guerre mondiale et de la résistance dans la vallée de la Vallouise (Hautes-Alpes), lieu où vivait Célestin Freinet à la fin de la guerre.
L’auteur nous indique, très clairement n’avoir que peu d’informations tangibles des actions du pédagogue durant cette période : « impossible de dire quand précisément Freinet entra en guerre » (p173). Et ceci malgré les recherches effectuées, attestées par de nombreuses références documentaires. Freinet assigné à résidence dans les Hautes Alpes fut l’objet d’une enquête de surveillance notamment par la gendarmerie locale de L’argentière la Bessée suite à des dénonciations infondées concernant des « propos antinationaux ».

Un certain flou règne concernant son rôle exact et ses actions durant la fin de la guerre. Ses déclarations, selon l’auteur du livre, se contredisent.

Une courte citation extraite du livre : « Sources extrêmement parcellaires, témoignages contradictoires, dates ne concordent pas, les archives des maquis du Briançonnais d’une part, et celles du dossier du résistant Freinet d’autre part ne parviennent qu’imparfaitement à cerner le rôle exact de l’éducateur. » (p180).

Photo de Beassac dans le BT 584

Il semble que Célestin Freinet n’est participé à aucune action de « vive force » mais uniquement à des opérations de soutien logistique, indispensables et vitales pour le groupe de maquisards, dit maquis de Beassac, dans la vallée de l’Onde, dirigé par son beau frère Fernand Lagier-Bruno.
Il n’en eu pas moins un rôle important dans l’immédiate après-guerre dans toutes sortes d’instances notamment au sein du comité départemental de la résistance (CDL), assumant un rôle dans l’épuration et la réorganisation sociale notamment dans le secteur de l’éducation.
Il fit, selon Emmanuel Saint Fucien, de nombreuses démarches afin de d’obtenir la Légion d’honneur sans succès, mais obtint le droit de porter l’insigne des FFI.

Les époux Freinet réalisèrent un livre de poèmes illustrés de dessins au fusain très « romantique et emphatique » concernant la période de la résistance. Le toujours passionnant et très bien documenté blog de Jean-Marc Barféty, bibilophile du Dauphiné et des Alpes, présente ici le livre « Images du Maquis ».

Un autre éclairage, de Delphine Laffont, dans son mémoire de thèse d’Histoire (voir lien ci dessous) résume le rôle de Freinet par ces mots dont voici un court extrait :
« Il rejoint le maquis F.T.P. du Briançonnais, mais sa participation est assez limitée à cause de son état de santé plutôt précaire. Il participe moins aux actions armées qu’à .... Il se charge de mettre en sûreté des réfugiés, réfractaires au S.T.O... ». La thèse est disponible ici http://www.ville-gars.fr/downloads/freinet.pdf

Emmanuel Saint Fuscien, avec diplomatie et finesse, explique la situation à la libération par ces quelques mots « ...la très complexe économie morale de la reconnaissance [NDLR des actions de résistances] mise en place dans la France de la 4 eme république... » (p181) pour décrire la complexité de la situation dans ces périodes de guerres et de crises. De nombreux acteurs ayant parfois des souvenirs très subjectifs et c’est bien humain. L’historien Henri Rousso inventa le terme de resistancialisme, s'applique t il à Freinet? Probablement pas car les opérations logistiques restent des actions de resistance effectives et risquées.Il est bien entendu impossible de porter quelques jugements, les risques encourus étant la mort... et comme dit la chanson sur un ton badin qu’aurions nous fait ?

Freinet et le régime de Vichy ?

A notre grand étonnement, un autre éclairage, questionnement, concerne Freinet et le régime de Vichy, exposé dans une interview d’Emmanuel Saint Fuscien consacré au sujet de l’école durant les périodes de guerres et plus généralement de « l’ histoire sociale et culturelle de l’autorité et de l’obéissance ».
Un extrait de cet interview décrit un échange supposé concernant Freinet et le régime de Pétain : « Célestin Freinet a proposé ses services de coopération pleine et entière auprès des différents ministres de l’Éducation nationale de l’État français. Au maréchal Pétain lui-même, il a envoyé et fait parvenir un rapport et un projet insistant sur la convergence de vue entre les techniques Freinet et les réformes proposées par la Révolution nationale, ouvrant les portes de son école aux expérimentations scolaires vichystes (ce sont les autorités scolaires de Vichy qui refusent sa proposition). » la suite de l’interview ici http://michelpeyret.canalblog.com/archives/2017/10/12/35761032.html

N’hésitez pas à vous procurer ce livre, qui a l’air très précisément documenté, édité chez Perrin, particulièrement instructif et révélateur de l’histoire française de cette époque mais aussi de la manière dont elle fut transmise aux générations suivantes !
Nous vous proposons également quelques courtes reproductions du « Bulletin de travail N° 584 » par Celestin Freinet décrivant les maquis du Briançonnais.

Importance du devoir de mémoire oblige concernant la résistance locale, vous trouverez des images sur cette page des plaques commémoratives en l’honneur d’Alfred Mondet tué le 19 aout 1944 et de Joseph Seinturier tué le 3 juillet 1944 par les occupants nazis dans le secteur de Prelles et de l’Argentière la Bessée.

Images des plaques commémoratives d’Alfred Mondet, de Joseph Seinturier, du maquis de Beassac le long de l'Onde et extraits d'un fascicule édité par Freinet concernant le maquis

Plaque Alfred Mondet Hautes Alpes
Plaque Joseph Seinturier Hautes Alpes
Commemoration Plaque Maquis Beassac 4
Bibliotheque De Travail 584 Freinet Maquis 1
Bibliotheque De Travail 584 Freinet Maquis 2
Bibliotheque De Travail 584 Freinet Maquis 3
Bibliotheque De Travail 584 Freinet Maquis 4
Commemoration Plaque Maquis Beassac 1
Commemoration Plaque Maquis Beassac 2
Commemoration Plaque Maquis Beassac 3

Publié dans Comprendre

Mots-clés: Culture, Hautes Alpes, Livre, Vallouise

Imprimer E-mail